Île y a des Pointes-à-Pitre

Le projet Île y a des Pointes-à-Pitre est inspiré par la volonté de valoriser ce qui y existe, ce qui y est présent : son patrimoine matériel et immatériel, la force de sa jeunesse et l'expérience de ses aînés, la beauté de son histoire, ses histoires, la chaleur de son accueil, sa vibration...

Un projet porté par l'association en court de création "Île y a" représentée par Francisca Amorim, 27 ans et Aloha Sellin, 24 ans :

Le projet Île y a des Pointes-à-Pitre est inspiré par la volonté de valoriser ce qui y existe, ce qui y est présent : son patrimoine  matériel et immatériel, la force de sa jeunesse et l'expérience de ses aînés, la beauté de son histoire, ses histoires, la chaleur de son accueil, sa vibration... Alors que cette ville est le poumon économique de la Guadeloupe, nous avons pû réaliser que ces multiples richesses ne sont pas mises en avant tandis que les nombreux stigmas imputés à la ville sont exposés avec véhémence. Cet état des lieux nous a poussé à promouvoir de nouveaux regards, plus humains.

Ce projet s'inscrit dans le domaine de la médiation socio-culturelle, de la mise en relation. Le but est de lier les pointois entre eux, lier les personnes âgées et les jeunes, lier les voyageurs avec la ville, lier l'histoire actuelle avec l'histoire d'antan lontan. Créer un espace de solidarité. À travers ces multiples rapprochements, notre ambition est d'accompagner des jeunes afin de recueillir les témoignages des aînés de la région pointoise. En ayant comme objectif donner vie à ces histoires en les assemblant sous forme de visites guidées gratuites, dans la ville, mais aussi, postérieurement, online pour la population et les voyageurs en visite.

Un des axes fondeurs est l'accompagnement des jeunes en Service civique : ils seront les ambassadeurs d’Île y a des Pointes-à-Pitre. Et c'est pourquoi, nous allons mettre en place des dispositifs pour affirmer leurs importances : réunions de développement du projet dans lesquelles tous les membres de l'équipe auront la parole et le droit de décider de son avenir ; des cours d'anglais ; des activités de détente en équipe ; et le soutien de projets partant de leur initiative. L'objectif étant que chaque jeune en Service civique au sein de notre association puisse s'approprier des mécanismes associatifs et développer son sentiment d'appartenance à la vie collective, tout en cultivant ses compétences et son estime de soi.

Par ailleurs, la finalité d'Île y a des Pointes-à-Pitre est qu'il appartienne aux guadeloupéens. Leurs regards sont primordiaux et exaltent leurs sentiments d'appartenance. À travers le développement de leurs histoires, ils reprennent possession de la représentation de leur territoire. Grâce à ce principe, ce projet est un véhicule de la citoyenneté. Ainsi par caractère local, relationnel, ouvert et offrant de multiples possibilités, il permet à tous de se transcender. Dans l'avenir, nous pensons que ce projet peut s'étendre à d'autres villes guadeloupéennes (ou ailleurs) vu que le modèle est adaptable à des multiples contextes, circonstances et à des divers acteurs..

Toutefois, notons que le futur de notre programme dépend des dons des entreprises et des particuliers. Mais nous pouvons surpasser cette contrainte car nous envisageons la mise en place de partenariats avec les commerçants pointois permis d'autres initiatives. L'instance de partenariat est le coeur d'Île y a des Pointes-à-Pitre à travers soit la question financière mais aussi via l'idée que celui-ci est le garant d'un travail de qualité car nous ne nous jugeons pas capable de tout réaliser par nous-même. En outre un des buts du projet étant de promouvoir du lien, il semble logique de créer un réseau avec d'autres acteurs de l'île. Par ailleurs, l'accueil des Services civiques pose aussi des limites dans la mesure qu'en tant que nouvelle petite structure, on va devoir utiliser dans un premier temps un intermédiaire. C'est à dire une association tierce agrée, une possibilité prévue dans la loi.

Pour finir, c'est notre capacité de générer des fonds qui va déterminer la durabilité du projet. Nos principaux postes de dépenses seront l'indemnité mensuelle versée aux volontaires, la communication et les cours d'anglais. Cela dit, comme nous l'avons dit auparavant, nous comptons développer des partenariats pour permettre une baisse des valeurs.

 

"Nous misons sur la valeur de la jeunesse pontoise et de leurs aînés en tant que ressources pour le développement du territoire. Travailler avec eux sur leur sentiment d’appartenance via la participation à notre projet constitue le pilier d’Île y a des Pointes-à-Pitre et c’est pour cette raison que nous méritons d’être sélectionnés. Ce modeste projet a pour avantage la possibilité de pouvoir être multiplier dans tout l’archipel.."

 

Catégories : Solidarité locale

Les votes sont désormais clos, les résultats seront annoncés prochainement.

3 commentaires sur « Île y a des Pointes-à-Pitre »

  • Bonjour à vous !
    Je trouve cette idée formidable pour développer la prise d’initiatives de nos jeunes. Je voudrais aller plus loin avec vous sur l’accompagnement de ceux-ci. Avez-vous pensé à une certification pour vraiment donner du sens à leurs projets socio-culturels ? Si oui, pas de problème, foncez! Si non, serait-il possible que nous nous rencontrions pour en discuter plus longuement. J’ai peut-être une solution pour vous, avec une possibilité de financement à la clef ! Vous avez mes coordonnées professionnelles : 0690.33.70.10. K. de KERDORET

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.